Actualité du préfet

Grand débat national avec la ministre des Sports

 
 
Grand débat national avec la ministre des Sports

La ministre des Sports s’est rendue le 11 mars à Torcy pour participer à une réunion du Grand débat national sur la thématique du sport.

La ministre des Sports a répondu à l’invitation de l’association « évasion urbaine » qui organisait, en partenariat avec l’Agence pour l’Éducation par le Sport (APELS ) une réunion dans le cadre du Grand débat national sur le thème « Quelle place pour la performance sociale du sport ? ».

A cette occasion, Roxana Maracineanu a pu échanger avec les personnes présentes dont de nombreux sportifs de haut niveau. Le sous-préfet de Torcy, Gérard Branly, était notamment entouré de Denis Masseglia, président du Comité national olympique et sportif français, Marc Liévremont, ancien sélectionneur du XV de France et parrain de l’APELS, Mahyar Monshipour, ancien champion du monde de boxe, Jean-Philippe Acensi, fondateur délégué général de l’APELS.

Après avoir longtemps été considéré comme une activité limitée à la performance physique, au travers de la compétition, le sport est progressivement devenu un enjeu social et tient désormais une place importante dans les politiques publiques. Il gagne aussi d’autres secteurs de la société comme le monde de l’entreprise.

La création prochaine de l’Agence du sport en remplacement du Centre national pour le développement du sport (CNDS ) répond à cette dynamique et fait évoluer la gouvernance du monde du sport français afin de mieux prendre en compte ces nouveaux acteurs. Le sport devient donc de plus en plus reconnu comme une pratique sociale et culturelle forte, qui porte des valeurs fondamentales de notre société comme le respect des règles, l’esprit d’équipe, le dépassement de soi et le fair-play. En effet, ces activités produisent des effets bénéfiques sur la santé et le bien-être, le lien social et la citoyenneté, ou la remobilisation personnelle à travers des projets d’insertion.

Néanmoins, les activités physiques et sportives souffrent encore d’inégalités territoriales et sociales fortes auxquelles les habitants des quartiers prioritaires (QPV) et des zones rurales sont confrontés. Par exemple, seulement 4% des licences sportives se trouvent dans ces quartiers prioritaires. L’offre d’activités est donc un axe central pour les associations et les pouvoirs publics. Par conséquent, le tissu associatif remplit un rôle social important qui évolue en fonction des nouveaux modes de pratique de la population.

La réduction des inégalités d’accès à la pratique sportive est une priorité du ministère des Sports et de la Direction départementale de la cohésion sociale (DDCS).

La ministre des Sports a pris bonne note des remarques, interrogations, inquiétudes des participants et s’est engagée à répondre à leurs attentes.

Tweet de la réunion : @Prefet77

1

Retrouvez le communiqué de presse de :

> Agence pour l'éducation par le sport - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,82 Mb

 
 

A lire également :