Actualité du préfet

L’État et ses partenaires à l’écoute des mères isolées et des familles monoparentales

 
 
L’État et ses partenaires à l’écoute des mères isolées et des familles monoparentales

Le 7 mars, la préfète a invité des femmes à venir partager leur expérience et débattre des problèmes du quotidien et des solutions à apporter avec les partenaires sociaux, les élus et les décideurs locaux.

Dans le cadre du grand débat national, de nombreuses mères isolées et familles monoparentales ont témoigné de leurs situations de vie compliquées. Ainsi, la secrétaire d’État en charge de l’égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations a initié des "conférences inversées" sur le thème des mères isolées partout en France.

En Seine-et-Marne, la préfète a invité des femmes à venir partager leur expérience et débattre des problèmes du quotidien et des solutions à apporter en présence de partenaires sociaux, d’élus et de décideurs locaux.

La parole donnée aux mères isolées
logo maison
Un petit groupe de femmes entre timidement dans le Salon Jaune de l’hôtel préfectoral. Elles sont accompagnées par des associations qui les soutiennent dans leurs démarches. Accueillies par Béatrice Abollivier, préfète de Seine-et-Marne, et Alain Bleton, directeur départemental de la cohésion sociale, elles prendront la parole une à une, à l'invitation de Paul Vitani, délégué départemental aux droits des femmes, exposant leur quotidien et les écueils rencontrés. « j’étais mariée à un diplomate violent, qui bénéficiait de l’immunité, aujourd’hui je suis sans emploi, isolée », « avec 4 enfants en bas âge et au dernier étage sans ascenseur, c’est compliqué, seule », « travailler nécessite une place en crèche, à proximité de la maison et des transports en commun » « je ne parviens pas à me faire régler la pension alimentaire ni ma part de notre logement, j’ai du prendre un emploi mieux payé mais qui me prend beaucoup plus de temps », « quand je suis partie, j’ai du tout reconstruire, les enfants ont changé d’école »…
 
L’État et ses partenaires à l’écoute des femmes

Les participants représentaient la quasi-intégralité du réseau social, économique et administratif ceux même que rencontrent chaque mère isolée et chaque famille monoparentale au cours de son parcours. Etaient présents :

  • plusieurs associations d’aide aux femmes victimes ou isolées
  • le Conseil départemental de Seine-et-Marne
  • des élus locaux et représentants des CCASCentre communal d'action sociale (centres communaux d'action sociale)
  • des bailleurs sociaux
  • le directeur de la Banque de France pour la Seine-et-Marne
  • le représentant de la Fédération bancaire française
  • le bâtonnier du barreau de Meaux, représentant des avocats
  • une psychologue et un travailleur social de la gendarmerie et de la police
  • des représentants associatifs : Fédération des acteurs de la solidarité (FAS), Familles rurales, Centres sociaux
  • la Caisse d’allocations familiales (CAF)
  • Pôle emploi
  • l’agence régionale de santé (ARSAgence Régionale de Santé)
  • Le Service intégré d'accueil et d'orientation (SIAOservice intégré d'accueil et d'orientation)
  • les services pénitentiaires d'insertion et de probation (SPIP).

 

 

Un large public à l'écoute des familles monoparentales et des mères isolées

 

 
 

Paul Vitani, délégué départemental aux droits des femmes à la direction départementale de la cohésion sociale (DDCS)

 

 
 

Les femmes et leurs enfants étaient les bienvenus

 

 

A chacun de ces témoignages poignants, les élus et les partenaires sociaux et économiques se sont exprimés afin de présenter les dispositifs existants – souvent méconnus du grand public – et de déterminer des pistes d’amélioration. La préfète a souligné la difficulté de l’accès à l’information sur ces dispositifs et invité tous les participants à multiplier leurs actions de communication en ce sens.

Ces conférences inversées seront retranscrites sur le site internet du Secrétariat d’État et sur les réseaux sociaux. Les Français pourront, tout au long des évènements, réagir et émettre des propositions pour améliorer le quotidien de ces femmes et de ces familles monoparentales.

Consulter le tweet de la conférence inversée