Actualité du préfet

Volont’R, le programme de Service civique pour l’accueil et l’intégration des réfugiés

 
 
Volont’R, le programme de Service civique pour l’accueil et l’intégration des réfugiés

Retrouvez l'interview de Sandra Chasseuil de la structure Equalis (hébergement migrants).

Interview de Sandra Chasseuil d'Equalis , qui intervient sur un programme spécifique du Service Civique du nom de Volont'R qui est à destination de jeunes réfugiés.

Combien de jeunes bénéficiaires de la protection internationale avez-vous orienté sur le dispositif de service civique volont'R ?
Cinq

Quel est d'après-vous, l'intérêt de ce dispositif jeunesse pour ce public ?
Les jeunes âgés de moins de 25 ans que nous accompagnons sont pour la plupart non francophones. En raison de leur âge, ils ne peuvent prétendre à aucune allocation de type RSARevenu de solidarité active. L’allocation garantie Jeunes ne leur est pas non plus accessible car la barrière linguistique ne leur permet pas de s’inscrire dans des démarches actives de recherche d’emploi, ils doivent d’abord développer leurs compétences linguistiques. Ainsi, ces jeunes se retrouvent sans ressources financières et en attente des cours de Français Langue Étrangère proposés par l’Office français de l'immigration et de l'intégration dans le cadre du Contrat d'Intégration Républicaine dont les délais d’attente peuvent être de plusieurs mois. Les associations vers lesquelles nous avons orienté ces 5 jeunes dans le cadre de leur service civique acceptaient de les accueillir malgré la barrière linguistique et sans attendre que les cours de l’OFII aient été mis en place. Cela a eu un grand intérêt pour eux car ça leur a permis d’avoir des ressources financières durant toute la durée de la mission, mais également et surtout de développer leur compétences en langue française, d’acquérir des compétences transposables dans un futur milieu professionnel, de développer leur lien social et la connaissance du territoire. A chaque fois, l’OFII a accepté de proposer les cours de FLE les samedis ou le jour durant lequel ils n’étaient pas en service civique, ainsi ils ont pu suivre leur formation linguistique en parallèle du service civique, ce qui a grandement faciliter l’apprentissage du français. A la sortie du service civique, la plupart d’entre eux étaient en capacité, par exemple, d’être inscrit dans le cadre de la garantie jeune afin de poursuivre le développement de leurs compétences linguistiques et de chercher un emploi, tout en ayant une allocation financière.

Quels sont les bénéfices que ces jeunes retirent après un service civique ?
L’apprentissage du français, le lien social créé avec les autres volontaires et les encadrants, la connaissance du territoire, l’acquisition de compétences pré-professionnelles qu’ils pourront transposer dans un futur emploi.

Recommanderiez-vous le service civique à d'autres jeunes réfugiés ?
Absolument, sans hésiter ! A ce jour, les 5 personnes que nous avons orientées ont toutes été ravies de cette expérience. D’ailleurs, pour l’anecdote, nous avons la semaine dernière un de nos hébergés de moins de 25 ans qui a obtenu une protection internationale. C’est lui qui est directement venu nous voir pour nous demander de réaliser un service civique car les anciens volontaires lui en avaient parler et qu’il était très intéressé.

Trouvez votre mission de service civique :
https://www.service-civique.gouv.fr/

Plus d'informations sur le la programme VolontR:
https://accueil-integration-refugies.fr/volontr-programme-de-service-civique-accueil-integration-refugies/
Mail: ddcs-service-civique@seine-et-marne.gouv.fr

 
 

A lire également :