Zones humides

 
 

Au sens juridique, la loi sur l’eau de 1992 a défini les zones humides comme "les terrains, exploités ou non, habituellement inondés ou gorgés d’eau douce, salée ou saumâtre de façon permanente ou temporaire".

La végétation, quand elle existe, y est dominée par des plantes hygrophiles pendant au moins une partie de l’année.

La convention Ramsar  a adopté une optique plus large pour déterminer quelles zones humides peuvent être placées sous son égide. Les zones humides sont "des étendues de marais, de fagnes, de tourbières ou d’eaux naturelles ou artificielles, permanentes ou temporaires, où l’eau est stagnante ou courante, douce, saumâtre ou salée, y compris des étendues d’eau marine dont la profondeur à marée basse n’excède pas six mètres".
Conformément à la Convention Ramsar, le Conseil général  de Seine-et-Marne agit pour "la conservation et l’utilisation rationnelle des zones humide".

Pour plus de renseignements, consultez également le site du Ministère de l’écologie, du développement durable, et de l'énergie