Les nouveaux engins de déplacement personnels (EDP) motorisés

 
 
Les nouveaux engins de déplacement personnels (EDP) motorisés

Les nouveaux engins de déplacement personnels (EDP) motorisés sont entrés dans le Code de la route.

De nouvelles solutions pour se déplacer au quotidien sont désormais utilisées par les usagers de la route. Les EDP non motorisés (trottinettes, skate-board, rollers) et les EDP motorisés (gyropode, monoroue, hoverboard, hoverskate…) sont dorénavant fréquents sur les trottoirs et les routes de l’ensemble du territoire.

EDP motorisés, c’est quoi ?

Les EDP motorisés sont des véhicules sans place assise, conçus et construits pour le déplacement d’une seule personne et dépourvus de tout aménagement destiné au transport de marchandises, équipés d'un moteur non thermique ou d'une assistance non  thermique et dont la vitesse maximale par construction est supérieure à 6 km/h et ne dépasse pas 25 km/h. Le développement de l’usage de ces engins expose les piétons aux accidents.

Où peuvent-ils rouler ?

Les utilisateurs de rollers, skateboards ou trottinettes (EDP sans moteur) sont considérés comme des piétons et doivent rouler sur le trottoir. En revanche, les EDP électriques doivent circuler sur les pistes cyclables. Les vélos enfin, sont considérés comme des véhicules et doivent circuler sur la chaussée.

Un usage encadré pour les conducteurs de ces engins

Le gouvernement s’est engagé à faire évoluer le Code de la route à travers le décret relatif à la règlementation des engins de déplacement personnel. Celui-ci précise que pour rouler sur la route il faut :

  • être âgés d'au moins 12 ans ;
  • ne pas transporter un autre passager ;
  • ne pas circuler sur le trottoir (sauf si les maires l'autorisent) ;
  • ne pas dépasser la vitesse maximale autorisée de 25 km/h.

En agglomération, les utilisateurs des EDP motorisés doivent circuler sur les pistes et bandes cyclables lorsqu'il y en a (à défaut, ils peuvent circuler sur les routes où la vitesse maximale autorisée est inférieure ou égale à 50 km/h mais aussi sur les aires piétonnes à condition de circuler à une allure modérée et de ne pas gêner les piétons).

De nuit (ou de jour par visibilité insuffisante), et même en agglomération, il faut désormais porter un vêtement ou équipement rétro-réfléchissant (gilet, brassard...).

Quant au stationnement sur un trottoir, il n'est possible que si les EDP ne gênent pas la circulation des piétons (le maire pouvant néanmoins décider de l'interdire).

Les sanctions

• Si vous ne respectez pas les règles de circulation : 35 euros d’amende (2ème classe)

• Si vous circulez sur un trottoir sans y être autorisé : 135 euros d’amende (4ème classe)

• Si vous roulez à plus de 25 km/h : 1 500 euros d’amende (5ème classe)

Consultez ici le décret

À savoir :

À partir du 1er juillet 2020, les EDP motorisés devront également être équipés de feux avant et arrière, de dispositifs rétro-réfléchissants, de frein et d'un avertisseur sonore.