Nouvelle réglementation concernant le teintage des vitres

 
 
Nouvelle réglementation concernant le teintage des vitres

Le Code de la route est complété pour sanctionner la pratique illégale du surteintage des vitres avant.

Les personnes ayant procédé au surteintage des vitres s’exposeront à compter du 1er janvier 2017, à une amende de 4ème classe (135 euros) et à un retrait de 3 points du permis de conduire.


Suivant les recommandations du Conseil national de la sécurité routière (CNSRConseil national de la sécurité routière), il a été décidé, à travers la mesure n°23 du plan national de sécurité routière du 26 janvier 2015 de sanctionner la pratique non autorisée par le Code de la route du surteintage des vitres avant des véhicules.

Ce texte permettra aux forces de l’ordre à partir du 1er janvier 2017, de sanctionner le surteintage des vitres avant qui ne respecterait pas le taux minimal de transparence de 70%. Ce taux est celui exigé pour l’homologation des véhicules sortant d’usine.

Si le taux de transparence des vitres avant est inférieur à 70%, les contrevenants s’exposent à une contravention de 4ème classe et une amende de 135 euros, assortie d’un retrait de 3 points sur le permis de conduire, sanctions identiques à celles prévues pour le défaut de ceinture de sécurité ou l’usage du téléphone dans des conditions non permises par la réglementation.

Le surteintage des vitres-arrières et lunettes-arrières reste autorisé à la condition que le véhicule soit équipé de deux rétroviseurs extérieurs.

Un surteintage excessif des vitres avant représente un réel danger en matière de sécurité routière :

le contact visuel avec le conducteur d’un véhicule suivi ou croisé permet d’anticiper sa conduite. Ce principe est enseigné dans les écoles de conduite ;

ce contact visuel permanent est également primordial à la sécurité des piétons lorsqu’ils s’engagent sur un passage protégé ;

le surteintage réduit également la vision du conducteur, en particulier de nuit.

Cette modification du Code la route permettra enfin aux forces de l’ordre, de pouvoir identifier en toutes circonstances, le conducteur et le passager avant d’un véhicule, et notamment en cas de contrôle, évaluer ses intentions et être en mesure de réagir à tout comportement dangereux ou inapproprié. En cette période où la menace terroriste est particulièrement élevée, cette réglementation constituera également une protection légitime pour les policiers et les gendarmes.